Artisanat à Lesconil - La dentellière (29)

C’est ici que nous sommes venus à la rencontre de Yolande, la dentellière de Lesconil à la retraite qui voue depuis 15 ans au moins une passion sans faille à la dentelle irlandaise et au picot bigouden.
Entre Loctudy et Guilvinec, Lesconil petit port du bout du bout du Finistère, s’enorgueillit d’une certaine convivialité joviale que lui envient les communes voisines.

Un métier traditionnel breton

La dentellière de Lesconil

C’est en tombant par hasard sur le livre dont elle est co-auteur avec une autre dentelière bigoudène : « le Picot bigouden de l’oral à l’écrit » que nous avons fait sa connaissance et comme le hasard fait bien les choses, nous ne pouvions pas mieux rêver qu’elle comme guide pour nous raconter l’histoire de la dentelle bretonne.
C’est en venant s’installer en Bretagne pour sa retraite que Yolande tomba un jour en arrêt devant le savoir-faire d’une vieille bigoudène travaillant son « picot » devant la petite chapelle de Tronoën ; elle voulut en savoir plus mais motus et bouche cousue : les vieilles dentellières bigoudènes ne transmettent jamais leur savoir, de peur de perdre leur gagne-pain.

Yolande et la dentelle à Lesconil

Une envie de manier le crochet

Mais c’était mal connaître Yolande qui ne voulait pas abandonner son envie folle de manier le crochet et, comme elle était dans le pays des dentelières, elle a finalement réussi à trouver des cours de Picot sur Pont-l’Abbé, haut lieu de la broderie et de la dentelle en terre bigoudène.

Dextérité manuelle

Ces deux activités requièrent avant tout bon œil, patience et dextérité manuelle : la dentelle se fabriquant petits morceaux par petits morceaux, le travail se faisant à main levée et l’assemblage et le montage final de la création étant le plus complexe et le plus compliqué dans l’ouvrage.
Certaines pièces, comme des dessus de lit nécessitant plus de 500 h de travail et étant invendables au prix du temps passé pour les réaliser.

Le point de picot de Pont-L'abbé

Ce point de Picot, unique et spécifique à la région de Pont-l’Abbé est particulièrement difficile à réussir pour les débutantes, le fil pour le réaliser est fabriqué spécialement par une entreprise Alsacienne et il est distribué uniquement dans les coopératives maritimes locales.

L'histoire de ce métier

Mais pourquoi ce savoir-faire s’est-il développé plus ici qu’ailleurs ?
C’est au début du XXeS (1903) que cette activité dentelière s’est propagée dans toute la Bretagne et plus particulièrement en pays Bigouden ; la pêche en déclin, la fin des conserveries de poissons et une terre pauvre qui ne permettait pas d’en vivre, en furent la cause.

Le fil pour l'artisanat de la dentelle

La religieuse irlandaise

Une religieuse irlandaise passant par là, apprit le secret du « point d’Irlande » à quelques bigoudènes qui s’approprièrent vite la méthode de la dentelle irlandaise tout en la modifiant et en simplifiant les motifs : « le point de Picot » bigouden était né ! et de Combrit à Saint-Guénolé en passant par Pont-l’Abbé et Le Guilvinec se répandit dans tout le pays bigouden.

Vendue au mètre

Les femmes, autant que les hommes passaient le plus clair de leur temps à crocheter de la dentelle au mètre qui était ensuite troquée dans les épiceries contre des denrées de première nécessité, favorisant ainsi une nouvelle économie locale.

Napperons et gants

D’autres dentelières plus expertes, allaient alors acheter ces morceaux de dentelle chez les commerçants pour en faire des créations plus structurées : châles, napperons, coiffes, gants…et partaient les vendre tout le long de la côte, du Pays Basque à la mer du Nord en s’embarquant à bord des bateaux de pêche avec les équipages.

Un artisanat qui renait ?

Ce savoir-faire typique et original s’est perdu après guerre et de nos jours, il ne reste plus que trois vieilles dentellières bigoudènes vendant leur productions aux touristes devant le phare d’Eckmûhl à Penmarc’h, ainsi qu’une autodidacte qui exposerait ses belles créations en dentelle sur le marché de Pont-l’Abbé le jeudi matin.

Le savoir-faire des gants en dentelle

L'amicale laîque

Yolande, quant à elle, montre et apprend son savoir-faire au sein de l’amicale laïque de Lesconil, elle y forme des futures dentelières et organise des stages de « Picot bigouden » afin que cet artisanat perdure ; entre ses cours, comme ses ouvrages ont beaucoup de succès, elle confectionne à la demande d’amies ou de parents des parures de mariées, des cols, des rideaux, des robes de baptême…

Merci Yolande

Nous avons passé quelques heures très agréables en sa compagnie et avons eu une conversation très instructive sur la dentelle en particulier et la Bretagne en général.
Nous lui souhaitons de former beaucoup de nouvelles élèves et de continuer le plus longtemps possible cette passion « dentelière » qui lui plaît tant, elle qui avait rêvé toute sa vie, non pas d’être comptable, mais de s’acheter une mercerie !

A découvrir autour de Lesconil

Parc floral de Combrit

Rhododendrons et Magnolias semblent être dans une compétition acharnée.

La visite du parc floral de Combrit

Océane Alimentaire

Poisson sauvage et ingrédients Bios : voilà la recette qu'ils ont choisi pour nous régaler.

La conserverie artisanale Océane alimentaire à Saint-Guénolé

La randonnée de St-Jean-Trolimon

Embruns de la baie d'Audierne, parterres de tulipes controversés et calvaire.

La randonnée pédestre à Saint-Jean-Trolimon

La newletter des Flâneurs

Nous vous invitons à rester au courant de l'actualité du Guide du Flâneur.

Je m'abonne

Date de dernière mise à jour : 22/04/2022

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.