Le Guide du Flâneur

Les destinations Recherche Compte membre
Les rencontres Les balades Les bonnes adresses

Les yaourts artisanaux de Nomad Yo

Christophe Favrot de Nomad Yo

Yaourts de céréales

Yaourts de riz

Créations à base de céréales

Il est charmant le petit bourg de La Feuillée, dans le département du Finistère, en plein cœur des Monts d’Arrée : nous sommes en Bretagne.
C'est ici que nous vous proposons de découvrir une activité artisanale très originale.
Mais avant ça vous allez faire connaissance avec Christophe Favrot, un génial inventeur, qui a mis au point des ferments végétaux qui permettent la fabrication de yaourts céréaliers.
Les yaourts de Nomad Yo sont fabriqués uniquement avec des ingrédients issus de l'agriculture biologique.
Nous vous promettons un beau moment, une rencontre passionnante et de l'innovation dans les saveurs.

Les produits

Yaourts de riz, de Sarrasin, de millet, natures ou aromatisés avec des plantes sauvages ou fruits de saison.

Les horaires

Nouveaux horaires à définir

Coordonnées

Nomad Yo
Nathalie Mouillot et Christophe Favrot
29690 La Feuillée
Tél: 06 25 87 46 26
Courriel: nomad-yo@hotmail.fr
Site: http://nomad-yo.blogspot.fr/

Propulsé par HelloAsso

La carte du territoire

   Randonnées,    Producteurs locaux,    Artisans,    Bonnes adresses,    Visites,    Initiatives.

J'agis sur
Coche L'interaction
Coche La multiplicité de l'offre
Coche La santé
Coche Les savoir-faire
Coche L'environnement
Coche L'économie réelle
Coche Les villages et les territoires
Coche La rencontre

En savoir plus

Avis des flâneurs
Coeur Le yaourt au sarrasin est vraiment délicieux
Coeur Je ne savais pas que ça existait
Coeur Le cœur du Finistère est magnifique

Pour en savoir plus

Nous sommes là pour démêler l'histoire de Christophe Favrot, fabricant de yaourts au lait de céréales dans le pays magique des Monts d’Arrée où, nous semble t-il, les créateurs et inventeurs d’idées originales se sont donnés le mot pour se rassembler. Ce terroir forcerait-il l’imagination ?
Comment l’idée du yaourt de céréales a pu germer un jour dans la tête de cet ancien biologiste et ingénieur agronome ?

Pour cela, nous a-t-il dit, il faut déjà comprendre son parcours et son chemin de vie et le sien l’avait amené à fabriquer du pain et des laitages biologiques lors d’une première création d’entreprise.
Il s’est donc servi de ce savoir-faire acquit lors de cette première expérience pour le mettre à profit en créant en 2012 une nouvelle entreprise artisanale installée sur la commune de La Feuillé.
Seulement la fermentation du lait animal et la panification ne fonctionnent pas de même que la fermentation d’une céréale au contact de l’eau.

Riz, millet, sarrasin..

Qu’à cela ne tienne, notre génial inventeur n’était pas à cours d’imagination et au bout d’un certain temps de recherche, il a réussi à isoler 3 ou 4 ferments végétaux issus de graines à amidon, telles le riz, le millet, le sarrasin qui lui ont permis de coaguler ses yaourts céréaliers.
Son brevet en poche et sa marque déposée : Nomad-yo, il ne lui restait plus qu’à fabriquer.

A La Feuillée

Sur la commune de La Feuillée se trouvait alors un ancien atelier d’héliciculture (élevage d’escargots) que  la mairie mit à sa disposition. Il l’aménagea pour les besoins de sa production, en y installant une chambre froide et en fabriquant lui-même des cuves en inox ainsi qu’un batteur pour le brassage du yaourt végétal.
Vous en donner la recette s’avère un peu compliqué, sachez seulement qu’il est fait à base de céréales biologiques, le riz venant de Camargue, le millet des Deux-Sèvres et le sarrasin de la ferme Stang Ar Floc’h à Scrigniac, juste à côté et qu’il faut 1 kg de céréale pour obtenir 10 pots de yaourts de 370g.

Ferments et enzymes naturels

>Ces céréales sont ensuite broyées dans de l’eau contrôlée de qualité des Monts d’Arrée pour obtenir une pâte fine qui sera cuite à 63° afin d’obtenir une bouillie qui sera ensuite ensemencée à 25° par un des ferments adaptés à la céréale et puis mise en pot au bout de quelques heures.
Le yaourt s’affine ensuite durant une semaine, les enzymes contenues dans les céréales lui donnant un petit goût sucré naturel.
Ces laitages céréaliers peuvent ainsi se conserver deux mois dans des pots en verre consignés.

De nombreux parfums

Ils sont déclinés sous différents arômes naturels obtenus à partir de plantes sauvages issues de zones certifiées (sureau, fleurs de châtaigniers..), de plantes bios cultivées (rose, lavande, menthe, romarin…) ou bien de fruits rouges (cassis, mûres, framboises..) mais aussi sous forme de fromage blanc végétal, sans une once de lait animal que l’on utilise pour faire des sauces ou des fonds de quiches.
Vous pouvez d’ailleurs retrouver tout un tas de recettes sur le blog dont s’occupe Nathalie, la femme de Christophe.

Production vendue localement

Les produits sont ensuite vendus tous les samedis matins sur le marché de Quimper où ils obtiennent un vif succès, mais aussi sur des foires bios, sur des biocoops locales et le lundi et le mercredi soir dans le petit magasin de producteurs qui se trouve à l’intérieur de l’atelier de fabrication.
Le but de Christophe étant de commercialiser 3500 pots par mois pour que son entreprise soit viable ; il est sur le bon chemin puisque actuellement il en vend 2000, après seulement 2 ans d’activité.

Les futurs projets

Mais ses projets ne s’arrêtent pas là et bien d’autres choses lui trottent encore dans la tête, comme celle de réaliser une chantilly végétale, mais surtout de mettre en place des ateliers de formation à sa technique alimentaire et d’accompagner dans une démarche solidaire ceux qui voudraient en faire leur métier en leur montrant que ce projet est viable.
En effet son yaourt végétal peut se travailler avec plein d’autres céréales, telles le blé, l’avoine, l’épeautre et permettre ainsi à d’autres producteurs de s’intéresser à sa méthode, la seule contrainte étant d’avoir un atelier bien structuré et facilement nettoyable.
Il voudrait aussi créer un jardin partagé pour y faire pousser des légumes de plein champ et des plantes aromatiques.

Un savoir-faire nomade

Puis par la suite circuler à travers la France avec un atelier « Nomade » pour enseigner sa formation.
A ce sujet, nous lui avons demandé pourquoi un tel nom pour son produit : « Nomad-Yo » ?
Il nous a répondu : Les céréales sont cultivées dans le monde entier et c’est un savoir-faire nomade qui se colporte depuis la nuit des temps.

Un soutien aux petits producteurs

Il veut aussi favoriser des initiatives locales, ou pas, mais partenariales et donner leur chance aux tout petits producteurs car sa méthode de fabrication peut se réaliser avec peu d’investissement.
Et pourquoi pas un jour exporter son savoir-faire sur d’autres continents comme l’Afrique ou l’Asie où la pénurie de laitages, à cause du climat et de la conservation, pourrait-être remplacée par les yaourts végétaux ?
Une belle philosophie de vie et un super produit qui s’inscrit dans une économie sociale et solidaire et qui a déjà été récompensé par le 2ème prix au concours national d’entreprises agro-alimentaires.
Bravo à Christophe pour son esprit imaginatif et créatif et surtout pour sa démarche qui n’a pas peur de la concurrence mais qui, au contraire, sait s’en servir pour mieux avancer.

La newletter des Flâneurs

Nous vous invitons à rester au courant de l'actualité du Guide du Flâneur.

Je m'abonne

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/06/2021