Le village de Beynat

Notre séjour à Beynat, petit bourg de Corrèze situé a mi-chemin de Brive (à l’ouest) et d’Argentat (à l’est), hors des grands axes, s’est déroulé sous un ciel gris et pluvieux, peu propice à la randonnée et à la découverte des paysages; aussi, avons nous mis plutôt l’accent sur la vie locale et les traditions de ce territoire rural qui n’en manque pas.

Savoir plus La carte Suggestions

Sauvegarde de l'environnement

Beynat

Aujourd’hui, cette petite commune rurale met en avant la sauvegarde de son environnement, la qualité et le cadre de vie de ses habitants, la valorisation de son patrimoine (restauration des fontaines, du lavoir, du puits et réhabilitation du four à pain communal) et le développement touristique (Lac de Miel), ce qui exige une participation active de la population locale qui n’est pas toujours au rendez-vous car les enjeux, les tenants et les aboutissants ne sont pas les mêmes pour tout le monde.

Connu depuis le moyen-âge

Quoiqu’il en soit, nous avons découvert le village avec l’œil neuf et curieux du touriste de passage et nous nous sommes renseignés sur le passé de ce chef-lieu de pays, connu depuis le Moyen Âge pour ses grosses foires et ses marchés, preuve s’il en est d’une vie économique intense.

Une ancienne tradition

Alors, nous avons enquêté pour en savoir plus et nous avons rencontré Mr et Mme Lachaud: Léontine et Roger, anciens commerçants et artisans retraités qui ont bien voulu nous renseigner sur la vie locale passée de leur village natif.
C’est ainsi qu’ils nous ont mis au courant d’une vieille tradition et d’une activité qui avait fait vivre la région durant de longues années: la fabrication du « cabas » de Beynat, sac à provisions souple en paille tressée. Léontine, ancienne "cabatière", nous en a expliqué l’histoire et la fabrication.

L'activité du cabas

Ce fameux « cabas » était issu de la production locale de seigle et plus particulièrement de la paille de seigle qu’à l’origine les paysannes tressaient pour en faire des sortes d’écheveaux que des colporteurs venaient leur acheter à domicile et qu’ils revendaient ensuite dans des ateliers de fabrication de chapeaux de paille, notamment dans le Tarn-et-Garonne, à Caussade et à Septfond.. Petit à petit, ces paysannes se mirent à faire elles-mêmes leurs cabas (sachant qu’il faut à peu près 80m de tresse pour faire un cabas) qui étaient ensuite vendus ou échangés dans les commerces locaux contre de la nourriture (farine, huile, sucre…), ils demeuraient alors un complément au revenu maigre des petits cultivateurs locaux.

Des fermes ateliers

Dans les fermes, tout le monde se mettait à tresser, de l’aube au coucher et tout le long de l’année: parents, enfants et anciens compris.
Il se développa vers 1880 dans toute la contrée des « fermes-ateliers », une forme de travail à domicile qui a empêché en partie l’exode rural et a entraîné la création de boutiques dans le village où l’on vendait ces fameux cabas qui avaient acquit une réputation nationale et même internationale, attirant des clients extérieurs sur les foires locales et des négociants qui les revendaient dans les grands magasins Parisiens. Cette activité commerciale généra la création de lignes de transport ferroviaire car les cabas étaient expédiés depuis la gare de Beynat vers les régions minières où, recouverts de toile ils servaient de porte-casse-croûte aux ouvriers.

Une activité de grande ampleur

Le plein essor de cette petite économie locale eut lieu vers 1914 avec la création de nombreux petits ateliers sur la commune. On a du mal à se représenter aujourd’hui l’ampleur de l’activité engendrée par ces cabas en ce début de XXeme siècle: des wagons entiers ainsi que des bus partaient archi-bourrés de cabas de Beynat vers des stations touristiques car les modèles s’étaient affinés et correspondaient mieux à une clientèle plus bourgeoise. La paille tressée ne provenait plus alors de la production locale mais arrivait directement de Chine (eh oui déjà !).

Une association

L’activité commença à décliner après 1945 et la dernière entreprise ferma ses portes en 1996. Depuis, une association appelée : «Le cabas de Beynat» a vu le jour en 2007 sous l’impulsion de l’ancien médecin local: Mr Marcus, retraité très actif qui s’implique à remettre cette vieille tradition au goût du jour. Depuis 2008, des ateliers fonctionnent avec des bénévoles qui veulent faire perdurer ce savoir-faire local issu du sol Corrézien en cultivant à nouveau du seigle et en le moissonnant pour avoir la matière première.

Une association prend le relais

Une belle histoire que ce brin de paille travaillé par les mains paysannes et qui était devenu en quelques années  « l’or » du pays grâce à l’inventivité et au travail acharné de tout un petit terroir.
Cette belle aventure va pouvoir ainsi continuer sous une autre forme, en s’adaptant à l’époque actuelle, avec la bonne volonté des bénévoles de l’association qui veulent maintenir vivante cette tradition en créant la « Maison du Cabas ».

Le territoire

A l’heure actuelle où les sacs en plastique sont bannis de nos courses, pourquoi ne pas remettre au goût du jour les beaux cabas solides de Beynat et par la même occasion, la culture du seigle dans la région ?
Beynat anime aussi tout le long de l’année son petit territoire avec de nombreuses animations festives, des foires de producteurs (foire à la châtaigne, aux fleurs..) et des manifestations sportives.

Balades dans les environs

Aubazine
Lové dans le creux d'un paysage ondulatoire éclairé par une lumière particulière.

Visite du village d'Aubazine

Randonnée à Meyssac
En chemin pour découvrir le territoire des constructions en grès rouge.

La randonnée à Meyssac

Collonges la Rouge
Une sorte de star parmi les beaux villages de France, à voir absolument.

Visite du village de Collonges la Rouge

La carte du territoire

Chaque ballon est un lieu à visiter ou une randonnée - Cliquez...

Randonnées
Producteurs
Artisans
Adresses
Visites
Initiatives

La newletter des Flâneurs

Nous vous invitons à rester au courant de l'actualité du Guide du Flâneur.

Je m'abonne

Contact

Ecrivez-nous

Articles connexes

> Les randonnées dans le Limousin
Tous les circuits que nous avons réalisé pour vous faire découvrir le Limousin

> Les producteurs locaux du Limousin
Les bons produits et les belles rencontres dans le Limousin

> Les artisans du Limousin
Artisansat et savoir-faire en Limousin

> Les bonnes adresses du Limousin
Accueil et bonne humeur en Limousin

> Les visites dans le Limousin
Les villages et territoires de le Limousin

> Le guide du Limousin
Le tourisme solidaire dans la région

> La randonnée de Lissac-sur-Couze
Le circuit des côteaux du lac du causse

> Les initiatives en Corrèze
Associations et économie sociale et solidaire en Corrèze

Participez à une démarche solidaire - Infos

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Marty
  • 1. Marty | 04/05/2017
Bonjour j ai vu le reportage sur les cabatieres du beynat et je voudrais en acheter un. Comment faire peut-on faire une commande
Monique Thoma
  • Monique Thoma | 05/05/2017
Bonjour et merci de l'intérêt que vous portez au Guide du Flâneur. Je vous invite à prendre contact avec l'association qui vous indiquera comment acquérir un cabas. Veuillez cliquer sur le lien suivant: http://www.lescabasdebeynat.fr/contact Cordialement Michel cc

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 04/08/2020