Objectif lune ou 2020

Par | Le 12/10/2014 | Commentaires (0) | Les folles aventures d'Edouard

Edouard a le moral vacillant ce matin. Il arrive au bureau et s’affale lamentablement dans son énorme fauteuil en cuir de zèbre puis jette un coup d’œil circulaire sur son gigantesque bureau en bois de rose massif que son ami Max Hawellar lui a gentiment envoyé d’Amazonie.
Sur le bureau un dossier orné de deux mots écrits au feutre rouge épais : « prospectus publicitaire ».

Les folles aventures d'Edouard

Déguisement vert écolo

Soudain une grimace effrayante envahit le visage d’Edouard, des coliques triturent ses tripes, un cri strident est réprimé par ses mâchoires contractées, de grosses gouttes perlent sur son front, il se recroqueville lentement tel Jonathan le goéland (pour ceux qui ont vu le film… pour les autres imaginez quelqu’un qui se recroqueville).
Des images délirantes envahissent l’esprit d’Edouard où il se met en scène et se retrouve marchant au prix de gros efforts dans un paysage chaotique sous un ciel gris sombre face à un vent violent et tourbillonnant qui vient plaquer avec force un premier prospectus sur son visage. Sitôt libéré de celui-ci, un second, puis un troisième prospectus viennent envelopper le visage d’Edouard, puis c’est bientôt une multitude de prospectus qui font suffoquer Edouard.

C’est maintenant une pluie formée de grosses gouttes d’encres de couleurs diverses qui s’abat sur lui et submergé, Edouard s’effondre englouti sous une montagne de prospectus multicolores.
De petites tapes sur la joue dispensées par la secrétaire vont ramener Edouard à la réalité.
« Mais mon petit Edouard, ce n’est pas bien de se mettre dans des états pareils. »
Il défait sa cravate et son col de chemise, il se calme tout doucement en respirant lentement et profondément.
Vous l’aurez compris : le dossier délicat.

Ca coute cher... Au client

C’est un sacré casse tête ces prospectus publicitaires, ça coute cher… Mais cher, on a du mal à s’imaginer à quel point ça coute cher, des dizaines de millions d’euros chaque année… Je vous l’ai dit, c’est très cher, heureusement c’est le client qui paye la note… oui, c’est vrai qu’Edouard répercute le prix de la publicité sur les produits vendus.

Ras le bol

Mais maintenant le client en a ras le bol. D’abord des « stop pub » fleurissent un peu partout car de nombreuses personnes ne veulent plus voir leurs boites aux lettres farcies de prospectus car ils les payent lors de leurs achats, ils payent ensuite le traitement des ordures et en plus ils doivent trier leurs poubelles pour que les potes d’Edouard s’économisent de la main d’œuvre.
Ce sont aussi des tonnes de publicité qui sont stockées et déversées régulièrement devant les préfectures et les mairies par des gens excédés devant cette publicité agressive, intrusive et posant un problème d’environnement.

C'est pas bon pour l'image

Tout ça n’est pas bon du tout pour son enseigne et pour son image de défenseur de l’environnement.
Depuis le début de cette course effrénée à la communication combien de tonnes de papier imbibés de millions de litres d’encre ont rempli nos boites aux lettres, sali notre environnement et alimenté nos frustrations ? Non, ce n’est décidément pas bon pour Edouard tout ça.

Il se gratte la... tête

Mais que faire ? Vous connaissez Edouard maintenant, quand Edouard réfléchi il se gratte la tête faute de mieux. Et là, coup de génie : « En 2020, j’arrête les prospectus ».
Pourquoi en 2020 ? Tout simplement parce qu’en 2020 le prospectus papier n’existera plus et le courrier et la pub passeront par mail uniquement faute de facteurs pour les distribuer.

Célébrons les facteurs

En 2020, on célèbrera les facteurs comme on célébrait les poilus de la guerre de 14-18. On dira comment, fièrement assis dans leurs véhicules diésel de couleurs jaunes, ils passaient de boites aux lettres en boites aux lettres pour les farcir de papiers divers.

Chapeau bas

Mais alors me direz vous, le génie d’Edouard il est où ?
Innovation, innovant, visionnaire, acteur, actif, précurseur, voilà tous les mots qu’Edouard veut associer à son image, à son enseigne, voilà ce qu’Edouard veut que ses client retiennent de lui.

En annonçant en 2014 « en 2020 j’arrête les prospectus » il veut se faire le porte drapeau de l’innovation au service de l’environnement, de ses clients et de ses actionnaires.
C’est promis Edouard, le jour où tu décides d’ouvrir un centre commercial sur la lune, le Guide du Flâneur te soutiendra.
PS : Les folles aventures d’Edouard est une fiction et toutes ressemblances avec des personnages ayant existé, existant ou qui pourraient exister un jour est tout à fait fortuite.

grande distribution industrie monopoles les folles aventures d'Edouard

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire