Edouard fait encore des siennes

Par | Le 25/09/2014 | Commentaires (1) | Les folles aventures d'Edouard

Edouard est très tendu ce matin. Il arrive à la maison de la radio d’un pas particulièrement décidé. Après avoir fait la bise au vigile qui est à l’entrée, à la nana de l’accueil, à celle qui balaie le hall, à la directrice des programmes, au laveur de vitres, il monte les escaliers quatre à quatre, il aperçoit un studio allumé, rentre sans plus de précaution. L’animateur de France Inter, Patrick Cohen, est installé à sa table, Edouard lui arrache le micro et hurle d’une voix puissante avec un léger trémolo : « JE VEUX DETRUIRE LES PHARMACIES ! ».

Edouard et les pharmacies

La maison de la radio

Ce cri lugubre, glacial et paralysant raisonne dans tout le bâtiment de la maison de la radio. Seul Patrick Cohen, très pro, enchaine relativement rapidement :
« Petit changement de dernière minute dans la matinale de France Inter, nous accueillons aujourd’hui Edouard qui va nous parler de ses propositions pour redonner du pouvoir d’achat aux français et sans oublier ses actions en faveur de l’environnement. »
Petit détail : Vous aurez remarqué comme moi, l’émotion étant forte et la tension élevée Edouard en a oublié de faire la bise à Patco (oui, quand on est pote avec Patrick Cohen on l’appelle Patco).
Mais bref.

Mais quelle mouche l'a piqué ?

Très simple : Passant à la pharmacie pour réactiver sa carte Vitale, il découvre l’activité intense qu’il y a ici, il entend le crépitement des tickets de caisse, il voit le défilé ininterrompu de clients partant, le cabas plein, les autres rentrant et se jetant sur le pharmacien en agitant leur ordonnance.
Devant ce spectacle, une ébullition cervico-crânienne (pathologie fréquente dans le monde de la finance et la grande distribution) frappe Edouard, un instinct de tueur le submerge. Il part à la maison de la radio… On connait la suite.

Des idées de génie

Sortant de son émission avec PatCo Edouard se gratte la tête (on a vu dans l'épisode précédent que quand Edouard se gratte, notamment la tête, ce n’est pas bon) et là… l’idée de génie.
Tout d’abord petite visite au ministre de la santé pour lui expliquer qu’Edouard veut faire le pharmacien pour donner du pouvoir d’achat aux français : Une simple formalité.
Mais voilà tout le génie d’Edouard ; fort de son expérience dans la vente de fruits et légumes : il imagine le rayon pharmacie self-service… C’est génial !
Des montagnes de comprimés, des bleus, des rouges, des blancs, des grandes pelles, des poches en papier (le côté écolo), une balance, le client se sert, il n’a plus qu’à peser, payer et le tour est joué.
Les employés du rayon sont habillés d’un calot et d’une blouse blanche avec un stéthoscope autour du cou, le chef de rayon, lui, a en plus une lampe frontale de gynécologue. Tout ça rassurera sûrement la clientèle.

Les offres promotionnelles

Ca y est, il le tient son rayon pharmacie Edouard. ! Il entend déjà les offres promotionnelles diffusées dans le magasin :
« - Chers clients, ne passez pas à côté des offres de lancement du rayon pharmacie. Aujourd’hui le Gardénal et le Valium sont au prix exceptionnel de 14,99 € le kilo, pour tout achat d’une livre d’antidépresseur, un litre de sirop pour la toux vous est offert et l’offre flash valable jusqu’à ce soir : deux chaussettes de contention pour le prix d’une !
C’est promis Edouard, le jour où tu décides d’éduquer tes amis de l’industrie pharmaceutique, Le Guide du Flâneur te soutiendra !

commerces monopoles pharmacie petits commerces industrie grande distribution société

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Malard
  • 1. Malard | 26/09/2014
J'aime bien les aventure d'Edouard on pourrait les décliner en bande dessinées dans le style Martine ça plairait aux enfants.

Ajouter un commentaire